Kolda-Journée de liberté de la presse : les journalistes exposent leurs doléances

0 Partages

A l’instar des autres régions du pays et du monde entier, les journalistes koldois ont célébré la journée mondiale de la liberté de la presse ce lundi. À défaut de la marche initialement prévue, les professionnels des médias de la capitale du Fouladou ont tenu un sit-in au mythique arbre Moussa Molo sis au quartier Doumassou.
Voici le mémorandum lu par Elhadj Coly, point focal de la convention des jeunes reporters du Sénégal (CJRS) dans la région de Kolda :

Monsieur le Préfet du Kolda, chers consoeurs et confrères, messieurs et mesdames les journalistes et techniciens de l’information et de la communication de la région de Kolda, ces braves soldats de l’information qui sont souvent en première ligne dans les théâtres d’opérations en Casamance. Nous voici réunis à l’instar des autres régions du Sénégal à travers cette manifestation en cette journée symbolique qui marque la célébration de la liberté de presse.
Monsieur le Préfet, vous n’êtes pas sans savoir que l’article 8 de notre constitution qui est la loi fondamentale garantit les libertés syndicales et le droit des sénégalais à disposer d’une information. Aujourd’hui force est de constater que de réelles menaces pèsent sur cette information plurielle fruit d’une longue lutte menée par d’illustres doyens de la presse nationale. À nos jours beaucoup d’acquis se sont envolés. Et pour rappel, en mars dernier le groupe Futurs Médias a fait l’objet d’attaques au Cocktail Nolatov. Des véhicules y ont été incendiés et son personnel a dû se réfugier pour échapper à la furie qui aurait pu être meurtrière. Le quotidien national Le Soleil a également fait l’objet d’une tentative d’incendie pour ne citer que cela. Le Sénégal, notre État qui tarde à rendre à l’évidence qu’il lui faut réformer son secteur des médias qui, malgré des efforts considérables, demeure encore une jungle où l’absence de contrôle des règles du jeu fait que les plus puissants continuent d’écraser les plus faibles.
Monsieur le Préfet, les jeunes reporters sont marginalisés, leurs conditions de travail sont précaires. La convention collective n’est toujours pas appliquée. Ils sont laissés à eux-mêmes par une grande partie du patronat de presse. Que dire alors des correspondants régionaux des médias. Ils partagent tous le même sort. Ils sont exploités. Alors les populations plus exposées à des faits de propagande politique qu’à des des informations et des programmes utiles.
Monsieur le Préfet, les correspondants de presse n’en peuvent plus d’être les dindons de la farce du service de l’information. Aujourd’hui, l’espace de la misère est peuplé par des acteurs des médias qui sont rongés par des patrons voraces sous l’œil complice de l’Etat qui a déserté sa mission de contrôle dans les rédactions. Ce qui se passe dans le secteur des médias, monsieur le Préfet, ce n’est ni plus ni moins que de l’exploitation de l’homme par l’homme. Les patrons de presse n’embauchent plus. Une horde de stagiaires pullulent les rédactions avec des contrats de stage à durée indéterminée. Au même moment le correspondant régional est laissé à lui-même. L’aide à la presse qui était jadis une aubaine pour les correspondants de presse n’arrive plus dans les régions. Elle est mise entre les mains d’un patronat qui ne la répercute jamais sur ses correspondants régionaux, ceux-là qui sont dans le besoin surtout en équipements. À cette aide à la presse nous faisons une priorité dans ce mémorandum. Nous, presse de Kolda, nous réclamons, monsieur le Préfet, une maison de presse dans notre région. Celle-ci servira de cadre d’échange, de formation continue et de regroupement des confrères et consœurs. Nous le disons avec insistance car il s’agit là d’un besoin pressant.
Vive le Sénégal !
Vive la presse !

Fait à Kolda, le lundi 3 mai 2021.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Journée mondiale de la liberté de la presse: les journalistes chargent les patrons de presse avant d'attaquer le gouvernement

3 mois ago
0 PartagesPartagezÀ l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, le Cap a tenu un sit-in devant le ministère de la Communication à Dakar. La presse s’est réunie, pour dénoncer les menaces et les agressions sur les journalistes ainsi que sur certains organes de presse lors des […]

Follow us

Don't be shy, get in touch. We love meeting interesting people and making new friends.

0 Partages
Partagez